COVI, le grand test!

La crise actuelle est un test, un révélateur.

Je dis souvent à mes équipes :

"Quand tout va bien, tout le monde est bon.

Le vrai test, c’est quand ça tangue, quand c’est dur, quand il y a un imprévu.

Là, on sait qui est bon … "

Le COVI nous oblige à être les meilleurs possibles,

à aller chercher au fond de nous nos plus belles ressources.

C’est donc clairement une opportunité de démontrer vos capacités de manager.

En tant que chef d’entreprise, je ne peux pas m’empêcher d’observer mes salariés.

Qui fait face ? Qui craque ? Qui se met à donner son avis à tout le monde ? Qui occupe ses équipes ?

je fais des Feedback … Pour essayer d’ajuster les comportements, tout en étant compréhensif.

En tant que manager, vous avez un rôle primordial dans votre entreprise.

Il n’y a pas de place à l’agoisse, à la panique, à la colère, aux élucubrations, opinions, plaintes et avis de toutes sortes.

Gardez cela pour vos amis ou votre famille.

En encore, cela n’a aucune utilité pour qui que ce soit …

Vos deux missions sont, dans cet ordre :

  1. protéger les personnes en faisant appliquer à la lettre des directives

  2. sauvegarder et continuer l’activité de votre entreprise

Si vous êtes sur le terrain, c’est sur cela et sur cela uniquement que vous devez être concentré.

Voir cette période comme un test sur vos capacités de manager, vous aidera certainement à faire face, de manière déterminée et sans angoisse inutile.

C’est aussi l’occasion de devenir meilleur, de sortir de cette crise avec de nouvelles capacités …

Bonjour,
En effet sur le temps court la détermination prévaut.
Mais aujourd’hui sur le Covid on est dans le temps long.
Les équipes sont forcées pour les miennes à l’inaction (logistique) ou à l’hyperaction (finance, communication) .
Tous les jours les mauvaises nouvelles s’égrennent.

Alors oui il faut focaliser sur la sortie et ses conditions mais :
Il faut écouter les angoisses.
Raconter aux inactifs ce que font les actifs pour la rentrée sans pour autant les incriminer.
Rappeler que l’entreprise se prépare au retour et fait ce qu’il faut.
Trouver des éclaircies et les diffuser.
Le tout évidemment en assumant les contacts extérieurs, banques, fournisseurs, prestataires, tiers qui vous projettent leurs propres inquiétudes.

Bref, il faut de la détermination et aussi beaucoup d’écoute et d’enthousiasme pour ne pas perdre les isolés

1 J'aime