Le supérieur n'est pas supérieur à son collaborateur

Bonjour à tous,
Suite au « mail privé » de ce matin, je vous propose cette réflexion

Si ton supérieur ne t’est pas supérieur, pourquoi l’appeler comme tel ?
Et pourquoi parler encore de hiérarchie qui induit justement cette notion de niveau et de gradation ?

La belle journée

En effet je trouve le terme dangereux. Personnellement je l’utilise le moins possible.

Bonsoir,

ça permet peut-être d’exprimer symboliquement l’autorité de pouvoir ? Il y a des personnes pour lesquelles la présence d’un « supérieur » les rassure et tant que « garant du cadre ».

Personnellement, j’attache peu d’importance à cette symbolique de supériorité (pour ma situation). Pour autant, j’ai des boutons quand un de mes collaborateurs m’appelle « chef », même si je sais que dans son esprit, c’est une marque de reconnaissance…

ni supérieur ni manager
n+1 pour le cote neutre

1 J'aime

Chaque fois que des gens se mettent ensemble, des conflits naissent. C’est vrai dans une famille, c’est vrai dans un quartier, une tribue, une entreprise, une nation. Si on les laisse à leurs comptes, ils courreraient à leurs perte. L’autorité du chef permet de résoudre ces conflits en suivant des règles d’arbitrage et des réglements acceptés de tous.

Il paraît que le modèle anarchique fonctionne aussi pour certains groupes de personnes, je ne demande qu’à voir.

Vos avis ?

1 J'aime

je pense que supérieur est utilisé ici sur l’échelle ou la pyramide de l’entreprise ou sur l’organigramme.

il ne s’agit pas ici de valeur(s) humaine(s) ou de qualité(s)

1 J'aime

Je n’ai malheureusement aucune expérience de modèle anarchique. Mais peut-être pourriez-vous le décrire un peu?

Personnellement, je trouve que le terme « supérieur » n’a de pouvoir que la fonction liée à l’arborescence verticale dans l’entreprise. Les compétences (et donc connaissances techniques ou spécifiques professionnelles) n’ont aucun rapport dans la hiérarchie.
En revanche, le pouvoir de décision l’est de façon logique et d’orientation.

J’avoue que je n’en sais pas plus, juste eu des échos de certaines municipalités en Italie qui fonctionnaient en anarchie, et que ça marchait pour elles.

J’ai également eu écho d’un groupe d’entreprises du nom de Mondragon en Espagne / pays basque qui fonctionnaient non pas en anarchie total mais avec un management inversé où les employés choisissent leurs boss

Cest lentreprise libre
Ce nest pas de l anarchie mais du désoeuvrement surtout dans un grand groupe où chacun est laissé pour compte
Cest aussi une vraie chance