Comment gérer un collègue réfractaire?

Bonjour à tous,
Mon problème est quelque peu particulier. La collègue en question fait partie d’un service Marketing. Je travaille dans le service Etudes.
J’ai besoin de cette collègue pour préparer quelque chose et lui demande. Elle indique que cela lui prendre un mois entier de travail. Il est certain qu’elle ment, car j’ai déjà fait ce travail. A mon sens, cela doit prendre moins d’une semaine. Quand j’ai commencé à en parler, elle se braque complètement. J’ai fait intervenir son manager. Mais ce n’est pas la première fois que cela se produit. Je ne sais pas comment faire pour assainir ce relationnel compliqué. Des idées ?
Merci par avance

Bonjour Veilleuse,

Il me semble que ta question comporte deux parties : comment obtenir ce dont tu as besoin et comment assainir vos relations.

Concernant le point 2, je commencerai par reconnaitre le problème et dire mon intention de changer : «je sais qu’on a eu des relations difficiles toi et moi et je souhaite changer ça : on a besoin de travailler ensemble par la nature même de nos boulots et ça nous pourris la vie à toutes les deux. Est-ce que je peux t’inviter à déjeuner pour qu’on en discute ?» (tu n’es pas obligée de l’inviter, et vous n’êtes pas obligées de déjeuner ensemble, ça peut aussi être une discussion en tête à tête dans une salle de réunion ; ce qui est important c’est d’être en terrain neutre, pas dans ton bureau par exemple, et d’être seules toutes les deux). Ensuite j’ouvrirai la conversation en parlant de moi et en étant sincère : « La semaine dernière je suis venue te voir parce que j’avais besoin de … et tu m’as répondu un mois ; j’étais sous pression et je suis passée par ton manager. après coup je m’en suis voulu : c’est pas respectueux de te forcer la main comme ça, et ça crée un climat désagréable. Je suis désolé et je regrette, et comme je t’ai dit, je voudrais changer ça. Toi, comment tu as vécu cet épisode ?» Puis je la laisserais parler. Au début il y a un risque qu’elle minimise ou nie le problème : «non, ça va ça ne m’a pas dérangé.«. tu peux reposer la question gentiment une fois sans être lourde :wink: « t’es sûre ? moi si on me faisait ça je serai furieuse». Après il faut lui laisser le droit de ne pas être prête. Si rien ne vient, laisse la porte ouverte «ok, tant mieux parce que je pensais que ça t’avais blessée et, comme je t’ai dit, c’est pas ce que je veux. En tous cas, à l’avenir, si tu as l’impression que je me comporte mal avec toi quand je suis sous pression, dis-le moi »… Si en revanche elle te dit ce qu’elle a ressenti, et surtout si elle t’en met «plein la figure» laisse venir. Dis toi que c’est super parce que vous allez pouvoir en parler. Éventuellement tu peux t’autoriser un «ouh, c’est dur à entendre, j’en prends pour mon grade». Si c’est trop dur, dis-le. « écoute là j’ai un peu de mal à encaisser. merci de ta franchise. je vais prendre le temps de digérer et je reviens vers toi dans quelques jours». Dans tous les cas ce qui est important c’est d’entendre ce qu’elle a vécu, ressenti et surtout de ne pas le nier ou le contrer. Tu peux en revanche expliquer, une fois qu’elle s’est exprimée. Une bonne habitude c’est de reformuler ce que tu as entendu : « je comprends, quand j’ai fait … tu t’es sentie … Ce n’étais pas du tout mon intention. ce que je voulais c’étais …».
c’est difficile de faire une réponse courte et hors contexte face un un sujet aussi délicat mais j’espère que ça te donnera quelques pistes.

concernant le point 1, je crois qu’il faut que tu choisisse entre l’efficacité à court terme et l’effectivité à moyen et long terme : à court terme c’est sûrement plus simple et plus rapide de tordre le bras de ta collègue en passant par sa cheffe. À moyen terme c’est peut être pas le meilleur moyen d’obtenir ses meilleurs efforts et son meilleur travail.
Une prochaine fois tu pourrais tenter une autre approche : ne pas t’appuyer sur ce que tu suis ou crois savoir de ce qui est possible mais partager l’enjeu et la mobiliser pour y répondre : « ah, tu ne peux pas le faire avant un mois ? c’est embêtant parce que <reparler de l’enjeu>. qu’est-ce qu’on peut faire ?». Eventuellement, offrir d’aider : «c’est vraiment important pour moi qu’on puisse avoir ça avant telle date parce que <enjeu, encore>, comment je peux aider ?». Cela fait appel à sa responsabilité et c’est très rare que les gens soient volontairement nuisibles; souvent ils ont simplement d’autres enjeux, plus important à leurs yeux (et, peut-être, réellement plus importants). Attention à toujours être dans l’ouverture et l’écoute, ne pas arriver avec tes solutions. Et surtout, jamais, jamais lui dire quelque chose qui pourrait ressembler à «je sais que tu mens, car j’ai déjà fait ce travail» :wink: Je crois même qu’il faut que tu te forces à chercher d’autres explications pour éviter de te sentir agressée et de risquer d’être, à ton tour, agressive.
Là encore c’est un sujet complexe qu’il est difficile de résumer en quelques lignes. Garde en tête que les choses ne vont pas être magiquement réglées du jour au lendemain et que c’est la répétition de tes efforts qui finira par payer.

1 J'aime

Un très grand merci pour vos conseils si précieux. L’histoire est d’une complexité sans nom. J’ai été embauchée il y a deux ans par cette entreprise qui recherchait un directeur études. 6 mois après mon embauche, cette collègue est rentrée de congés maternités et m’en voulait terriblement alors qu’on ne se connaissait pas. J’ai appris que la société lui avait promis le poste et qu’ils avaient profité de son absence pour m’embaucher sans lui expliquer les raisons.
Bref, le relationnel a toujours été compliqué entre nous, même si je n’en suis pas la cause directement, je symbolise psychologiquement son échec.
Je vais tenter de suivre vos conseils dans les semaines qui viennent. On verra bien.
Merci en tout cas !

Tu peux aussi moduler ton discours en fonction du profil DISC que tu devines chez ton interlocutrice. Par exemple, si elle est D ou I, elle appréciera que tu fasses ses louanges après de la direction une fois qu’elle t’aura donné un coup de main.

Bonjour et merci. Je pense qu’elle est plutôt D.
C’est un très bon conseil, merci !

Merci pour vos conseils. Dans le cas présent, je ne suis pas sa supérieure, ce qui rend les choses plus difficiles.
Je vais réfléchir à tout ça à tête reposée et tenter quelque chose d’ici quelques semaines.
Cindy

Bonjour,
Les conseils de Barbu Bavard sont très pertinents. Il faut user de l’intelligence émotionnelle pour pouvoir équilibrer votre relation.
Cédric a mis l’accent sur un détail avec la méthode DISC. Elle est D, je pense que vous êtes en mesure de la gagner en l’engageant dans votre projet.
Je pense que mettre en valeur sa part de travail auprès de la hiérarchie va rehausser son estime sur tous les plans. D’autant plus que cette mésentente provient du fait qu’elle vous a relié à un échec en perdant ce poste. L’idée comme l’a suggéré Cédric est de faire ancrer une nouvelle image liée à vous à travers ce projet.
Beaucoup de psychologie et d’intelligence émotionnelle au programme :innocent:
Bonne chance à vous.

Merci pour vos conseils.
L’intelligence émotionnelle n’est pas mon point fort pour le moment… mais j’y travaille :slight_smile:
Merci beaucoup
Cindy

Bonjour Veilleuse,

En complement des idees deja donnees j’ajouterai que si la discussion se passe bien, et dans l’idee de faire remonter un feedback positif a votre direction, pourquoi ne pas lui dire egalement qu’on vous a fait part du fait que votre poste l’interesse et que vous pourriez devenir sa mentor?
Vous pourriez meme lui dire, « ecoute si on arrive a bien travailler ensemble sur ce projet, j’aimerais te proposer de devenir ton mentor et pourquoi pas preparer ma succession a ce poste quand je passerai au poste suivant. » Ca la motiverait peut-etre a faire ses preuves aupres de toi, en plus tu lui explique que ca serait quelque chose d’officiel en interne donc la Direction sera au courant de ce plan de succession.
Apres il faut que tu sois convaincue qu’elle pourra faire un bon travail a ton poste et avant de faire cette proposition il faut peut etre que tu discutes avec tes chefs pour savoir pourquoi ils l’ont ecarte du poste.

Mais c’est juste une idee qui pourrait ameliorer son efficacite sur tes projets, la motiver et qui serait gagnant/gagnant.

Bon courage!

1 J'aime

Bonjour

Je ne suis pas sûr que de se positionner en mentor alors qu’il y’a une situation conflictuelle soit la meilleure approche.
Il pourrait y avoir un effet « je sais mieux que toi / je vais t’apprendre comment faire » ce qui pour un profil D n’est pas toujours facile à entendre.

1 J'aime

Je suis d’accord que ce n’est pas quelque chose à proposer d’entrée. Seulement si la discussion prend une bonne tournure, que l’avancement dans le projet se fait de façon positive et que leur relation s’améliore.
C’était surtout une idée pour obtenir un résultat sur le long terme, sur les projets à venir.

1 J'aime

Je ne pense pas que la discussion prenne une bonne tournure avec elle… Cela fait des mois que j’essaie et j’ai déjà essayé plusieurs choses déjà dites précédemment. Je pense sincèrement qu’il va falloir que je finisse par faire le deuil de cette relation. Si je me positionne en mentor, je vais la perdre, c’est certain.
Je vais réfléchir à tout ça à tête reposée. Merci pour vos conseils !