Corona Virus : L'important est ce qu'on fait quand l'urgent disparait

“Tu es ce que tu fais”

La crise du Corona a une vertu intéressante pour certains d’entre nous.

Celle de nous faire passer du statut de “débordé” au statut “d’oisif forcé”

Et il est intéressant de nous observer nous même.

Que faisons nous de notre temps quand nous en avons trop ?

J’observe chez certains de mes collaborateurs, clients ou amis, un phénomène intéressant.

Ils me disent “en profiter rattraper leur retard sur un tas de trucs qu’ils avaient laissé de côté".

Et souvent, je me rends compte qu’ils sont en train de faire ce qu’ils auraient dû faire en priorité quand ils étaient débordés.

Ma définition de la fameuse différence entre urgent et important ?

L’important, c’est ce que tu fais quand l’urgent disparait.

Le test de la “mission et de l’agenda”.

Quand j’intervenais auprès de cadres débordés, la première chose que je faisais était de les obliger à écrire leur fiche de mission.

Si ça vous intéresse, écoutez cela.

Ensuite, je leur demandais leur agenda et nous calculions le temps qu’ils passaient sur ce qu’ils avaient indiqué dans la rubrique “les tâches les plus importantes” de leur fiche de mission.

Et ils étaient assez effarés quand je leur montrais à quel point leur utilisation du temps ne priviligiait absolument pas les priorités de leurs missions.

Cela signifiait clairement, pour l’entreprise, ils n’étaient pas ce qu’ils disaient être.

Petit exercice :

Pendant cette période de confinement, lorsque j’ai évoqué la discipline de travail, je vous ai conseillé de noter dans votre agenda tout ce que vous faisiez.

  • Vous allez pouvoir le comparer à votre “fiche de mission” (vous pouvez en faire une en quelques minutes en suivant ces instructions)

  • Vous allez pouvoir aussi comparer votre agenda avant la crise et votre agenda pendant la crise.

Vous allez pouvoir décider que l’après crise sera plus focalisée sur vos missions essentielles.

A ce sujet je vous conseille deux de mes form’actions (cliquez sur les titres pour des découvrir) :

Actuellement, avec le code FORUM1, vous pouvez les acquérir chacune pour moins de 80e .

Avouez que ce n’est pas cher payé si cela vous permet enfin de vous dire fièrement “je suis ce que je fais et cela me plait” .

1 J'aime

Mais c’est tellement ça!
C’est exactement ce que je constate pour les dirigeants que je côtoie! Ils sont d’ailleurs parfois extrêmement surpris que finalement des fois 80% de ce qui constituait leur vie n’était peut-être pas si important pour eux!
Ceux qui vivent le mieux tout ça sont ceux qui avait pris le temps avant de se poser la question de l’important et de remplir leur quotidien en nourrissant leurs valeurs…
La crise va générer de gros changements et accélérer le développement personnel pour beaucoup d’entre nous !

1 J'aime

Comme vous je l’espère fort aussi Adelle, que cette crise nous permettra d’aiguiser notre conscience individuelle et collective. Elle le fait déjà en fait. Après c’est juste une question d’échelle de temps, de délai… Mais la nature sait bien nous mettre en face de ses propres exigences versus nos choix quand on traine trop en chemin… Et au final, personnellement, puisque le seul paramètre sur lequel chacun peut réellement agir c’est lui-même, je m’efforce de tirer les leçons de cette expérience pour améliorer en premier lieu mes propres comportements… et il y a encore bien du boulot ! :wink:

2 J'aimes

Merci pour ce commentaire @Agnes

Chercher à améliorer nos comportements est vraiment un moyen de changer les choses et effectivement chacun d’entre nous peut le faire.
Nos comportements sont en lien avec la personne que l’on veut être et finalement assumer d’être la personne que l’on veut être sera ce qui nous amènera au changement le plus puissant dans notre vie.

Je crois que cette crise est une opportunité pour prendre la décision d’entamer le chemin d’être LA personne que l’on veut être.
Faire ce travail est facilité par le confinement. Le fait que la vie s’arrête d’une certaine façon, en tout cas qu’on ne soit plus soumis à toutes ses obligations habituelles et parfois subies, nous met en retrait, en suspend. C’est une occasion en or de briser les chaînes que l’on ne veut plus.

Bon cheminement ! :wink:

2 J'aimes

On est ce que l’on fait.

1 J'aime